28 nov. 2005

L'art de la simplicité

dominique_loreau3Dominique Loreau est une amie qui vit à Tokyo depuis 25 ans. Elle y cultive un art de vivre apaisant et dynamisant qui privilégie l'essentiel. Sa philosophie pratique, très inspirée de l'esprit du Zen, favorise la disponibilité et le respect de soi au sens le plus hédoniste du terme. Conférencière et « life coach » tendance minimalisme, elle nous fait partager son goût pour la culture japonaise dans ce qu'elle a de plus épanouissant.    

Comment le Japon a fait d'une Française une minimaliste...

Il y a de cela 23 ans, j'arrivais au Japon avec une simple valise et l'envie de découvrir ce pays qui me fascinait tant par sa culture et son esthétisme que par son mystère ! Contrainte dès le début de ma vie ici à vivre malgré moi dans le " minimalisme " (une pièce de quatre tatamis et demi, un futon, une petite table), un loyer dérisoire me permettant de travailler un minimum ( !), je consacrais mon temps libre à cette passion qui était (et est toujours) de découvrir le mode de vie idéal. C'est ainsi que peu à peu j'ai glané toutes sortes d'idées typiquement japonaises sur la façon de vivre avec l'indispensable seulement, ce qui n'exclue pas, bien au contraire, le luxe. Avoir sans avoir, non seulement se satisfaire de très peu mais jouir profondément du sentiment de liberté et de légèreté que cet état apporte me donnaient toujours l'envie d'en savoir plus et c'est ainsi que je suis rentrée dans un temple zen de nissan ( femmes bonzes). Mon intention n'a jamais été d'y rester à vie mais à la suite de ces six semaines de pratique, j'ai toujours essayé de continuer à vivre comme je le faisais là-bas, malgré le rythme trépidant de la vie à Tokyo. Je veille à ne pas me laisser envahir par le bruit, les distractions et les relations superficielles, les biens de consommation (qui n'en sont pas puisqu'ils nous consomment) et d'apporter de l'esthétique et un sens à mon quotidien, que ce soit le ménage ou la cuisine.

Esprit et progrès

Un des cotés les plus séduisants et attirants du Zen est la nourriture. La "shojin ryori "(qui signifie "esprit et progrès ") a pour but de nous faire progresser spirituellement à travers l'acte de préparer et consommer les repas. Elle requiert un sens de l'effort total de la part de celui qui la pratique ainsi que le parfait contrôle de soi, deux qualités élémentaires et essentielles dans le bouddhisme zen.

Choisir des aliments de saison, préparer les ingrédients de façons variées, respecter le goût des ingrédients, savoir acheter, servir et manger constituent autant d'occasions à pratiquer l'économie dans les gestes, la parcimonie, l'exactitude, et de montrer notre appréciation de la vie en général. C'est un moyen pratique de chercher l'équilibre, apprécier la nature, prendre conscience de sa santé physique, mentale et émotionnelle et rester en parfait accord avec soi-même. Bien sûr, un tel processus demande de la patience et le désir d'une vie plus contemplative mais préparer un repas est un exercice de réveil de l'esprit, un entraînement à la simplicité et à la parcimonie  (même les épluchures doivent être utilisées) et cette activité de base apporte un caractère sacré et esthétique au quotidien, nourrissant l'esprit comme le corps. Grâce au zen j'ai appris à faire de certains gestes ordinaires une expérience extra-ordinaire. Laver la vaisselle, couper un navet sont pour moi des activités non moins importantes que lire ou écrire. Quelques bols, soucoupes et coupelles me suffisent à servir les repas ; une planche, un couteau, une poêle et une casserole ou deux à cuisiner. De la vie du temple, j'ai gardé la règle des "trois bols " : un grand pour le riz (pâtes ...), un moyen pour les légumes (salades, soupes ...) et un petit pour les protéines. Ces règles me simplifient la vie et préparer le repas est un plaisir réel. Plus je découvre les traditions de ce pays (tous les Japonais nés avant la guerre ont reçu une éducation zen et vivent selon des principes précis), moins j'ai besoin de choses et plus mes repas sont simples et raffinés. Le monde du zen est encore très présent au Japon et il n'est pas besoin de se faire ermite pour l'appliquer dans son quotidien.

art_of_simplicity1A lire: L'art de la simplicité publié chez Robert Laffont, 2005

Posté par Claude Boiocchi à 21:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur L'art de la simplicité

Nouveau commentaire