08 févr. 2006

L'activité physique intelligente

Claude_Boiocchi_blog_2Si nous cherchons les points communs entre les multiples activités qui nous occupent au cours d’une journée, nous constatons que notre rapport  au corps et au geste joue un rôle important dans chacune de nos initiatives, et cela en plus de notre culture et d’autres paramètres extérieurs. On distingue d’ailleurs facilement une personne qui s’entretient physiquement (même modestement) d’une personne totalement sédentaire. Souvent, ceux qui négligent cet entretien ont une santé fragile, une posture qui trahit un manque de vigueur et d’énergie, une démarche qui semble plus raide, des gestes peu sûrs et qui manquent de grâce. Avec le temps, même les plus résistants finissent par devenir étrangers à leur propre corps…

Cette situation m’a incité à vouloir remettre au goût du jour la notion de « culture physique », aujourd’hui tombée en désuétude. Traduisant le principe toujours essentiel du « Connais-toi toi-même ! » à travers la production du geste et la compréhension du corps, cette expression a en effet été littéralement dénaturée par le concept d’activité sportive qui bénéficie surtout aux marchands du temple (magazines, vêtements sportwear, salles et appareils de musculation, marques agro-alimentaires etc.). En survalorisant le loisir et le défoulement (et cela dès l’apprentissage du sport à l’école), cette propagande n’a fait que favoriser l’apparition de deux camps opposés : les sportifs et les non sportifs. Les premiers, souvent obnubilés par la performance, la compétition et le paraître et les seconds, culpabilisés et renvoyés à leur paresse. Et tandis que les uns prétendent « s’éclater » en pratiquant les sports et les activités à la mode, les autres, une majorité de déçus et de frustrés n’ont finalement que peu d’alternatives !

Il existe cependant une troisième voie, moins spectaculaire certes mais pourtant salutaire, qui nous oriente vers la pratique d’une activité physique favorisant une perception du corps évoluée et « intelligente » [1], et qui se caractérise notamment par un effort régulier pour préserver son bien être jour après jour. Car n’en doutons pas : le corps ne s’use que si l’on ne s’en sert pas ! Et c’est souvent l’absence de mouvement qui intervient dans la dérégulation du sommeil, qui accroît le stress ou le mal de dos, qui prédispose à la dépression, qui favorise l’anémie et l’asthénie et qui finit par nous rendre étrangers à notre propre corps et même à nos propres projets. Autant de symptômes modernes qui témoignent le plus souvent d’une dysharmonie entre l’équilibre nerveux et le niveau de dépense physique, et qui faute d’une culture physique suffisante prennent facilement racine. Trompés par les nombreux clichés que nous avons en tête, nous manquons finalement de notions à propos du corps et de l’effort physique et c’est pourquoi j’ai acquis la conviction que notre méfiance à l’égard du mouvement était  bien souvent le signe d’un défaut d’apprentissage. 

C.B


[1] « L’activité physique faite de façon intelligente est, avec l’alimentation, le meilleur médicament qui soit. » résume ainsi le Docteur Alain Ducardonnet, cardiologue et médecin du sport  à l’Institut Cœur Effort Santé de Paris. Dossier  « Bougez ! C’est bon pour la santé. », Mutuelle Magazine, Juillet 2003, n°3, p.7 


Posté par Claude Boiocchi à 17:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur L'activité physique intelligente

Nouveau commentaire